Danse de Baïard

Ce château médiéval, bien visible avec ses deux tours ,dit de Sainte-Marie sur la commune voisine d’Esterre, remonte, selon les historiens, au XIII ou XIVe Siècle dont le but était défensif mais il a donné lieu à une légende dite de Baïard qui s'est traduite par une danse et que les villageois d'Esquièze ont a conservé dans leurs traditions et reconstitués dans le passé.

 d baiard01

 d baiard02

L'argument de cette danse

Le thème de cette danse est l'enlèvement de la fille du Châtelain, dit Baïard, par un homme dont l'origine est confuse mais que la légende qualifie de prince maure.
Le seigneur du château avec son cheval et les villageois venus à son aide partent alors à la recherche de la jeune fille qu'ils retrouvent rapidement ainsi que son ravisseur lesquels sont ramenés au château. Un procès s'ouvre alors dirigé par le châtelain en présence de la jeune fille et de l'auteur du rapt, le prince maure, lequel ayant avoué son amour et ses origines est disculpé. Le procès se termine par le pardon du seigneur qui, séduit par les dires du ravisseur, s'écrit « mariage conclu! Musique».

La chorégraphie

Elle comporte deux mouvements ou actes successifs:
– le premier est dit le «Passe-carrère » ou passe-rue : la troupe rangée en file indienne déambule dans les rues en sautillant au son d'une flûte, l'air étant répété indéfiniment.
– le second est appelé «le Cabaret» : il consiste en une scène dansée autour d' un dialogue entre les trois acteurs : le groupe arrête sa marche et face au public joue une scène , sorte de procès, les danseurs ponctuent ce dialogue avec une danse légère et sautillante tout en virevoltant sur eux mêmes se termine par un accord de mariage entre la princesse et son ravisseur et le ballet reprend joyeusement sa marche dansée jusqu'à un prochain site de spectateurs

Les personnages

La danse de Baïard était réservée aux hommes y compris pour le rôle de la princesse.

Elle comprenait :

  • une quinzaine de danseurs hommes portant une coiffe appelée la « croze » ou « crosse »,
  • un danseur porte drapeau qui ouvre la marche en agitant son étendard au rythme de la musique, selon un maniement rapide en moulinets,
  • trois acteurs qui ne dansent pas incarnent les personnages de la légende :
  • le châtelain ou chevalier qui porte à sa ceinture une lourde tête de cheval avec son encolure en bois sculpté,
  • un jeune homme (un éphèbe) figurant la princesse, fille du châtelain, vêtue avec élégance,
  • et le prince maure au teint basané et en tenue de son pays.

Les costumes

Les danseurs portent une coiffe surprenante qu'ils appellent la «croze »ou «crosse » car elle est formée d'une couronne entourant leur tête et surmontée d'une anse ou crosse, l'ensemble est orné de rubans et fleurs aux couleurs variées .
Le costume est aussi particulier en ce que chaque danseur est revêtu d'une longue jupe qui leur recouvre les jambes au dessus des genoux : elle est en laine tissée sur fond blanc rayé en rouge; Le torse est habillé d une chemise blanche barrée par un un châle porté sur une épaule; enfin, les chaussures sont des sandales lacées sur des bas blancs.
L'ensemble donne une présentation colorée d'autant plus que des flots de rubans agrippés en divers points apportent une note féerique;
La musique et la chorégraphie

La mélodie était simple tout en étant légère, vive et rythmée et se répétait en boucles ; elle était jouée par une flûte à trois trous accompagnée par un tambourin.

Novembre 2020 - Dominique Henri Laffont

 map pyrenees

 

Mairie

1 Eth Marcadaou
65120 Esquièze-Sère
Hautes-Pyrénées

 

Tel : 05 62 92 81 72
> E-mail <
----------------
GPS : 42.875618, -0.002268

facebook