L'église Saint-Nicolas

a-eglise-saint-nicolasCette église se dresse au sommet du village : ells est déjà signalée au XIVème siècle. Sa structure initiale a été remaniée au cours des siècles. Elle est inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1979.

De nos jours, l'extérieur se présente comme un édifice principal auquel a été accolée, au cours du XVIème siècle, sans doute en remplacement d'un mur clocher, une tour carrée. Celle-ci comporte plusieurs niveaux : le dernier est ouvert avec cinq grandes baies destinées à recevoir des cloches et, aux étages inférieurs, en arcs brisés, deux petites ouvertures et une porte basse. Devant cette tour et fermant l'accès au cimetière, se dresse un grand portail, couvert d'une toiture sur laquelle sont posées de lourdes pierres chargées de la protéger.

Au XVIIème siècle, une chapelle latérale fut érigée sur le flanc droit en exécution d'un voeu formulé lors de la peste de 1660. En 1845, après la fusion des commune d'Esquièze et de Sère, l'église fut agrandie par allongement de la nef, puis vers 1862, par une seconde chapelle latérale bâtie en même temps que l'on élargissait la première.

A l'intérieur, l'église se caractérise par une haute nef dorée de deux tribunes et deux chapelles latérales. Le choeur impressionne par un rétable imposant car il occupe l'ensemble des trois niveaux. Des personnages et de nombreux éléments décoratifs sont peints ou dorés à la feuille. Au centre du dispositif, la statue de Saint-Nicolas est entourée de deux fillettes, souvenir de sa légende, et de deux solides apôtres. Au sommet, dans un cartouche, apparaît Dieu-le-Père, un vieillard à la barbe blanche au milieu d'angelots volants dans les nues.

Un second retable est visible face à la porte d'entrée : cette oeuvre représente une scène évoquant "les âmes du purgatoire", thème fort réaliste et suggestif, également traité avec des sculptures dorées.

Les deux retables de l'église peuvent être datés de la moitué du XVIIIème siècle : ils sont attribués à un ébéniste sculpteur de Lourdes, Jean Claverie (1710 – 1804).

A noter enfin, deux tableaux classés : une crucifixion, style espagnol dont la date est incertaine mais qui, semble-t-il, remonte à plusieurs siècles, et un baptême, copie d'une oeuvre du XIXème siècle.

Plus d'infos : www.patrimoines-lourdes-gavarnie.fr/patrimoine-achitectural/27-1b-les-eglises-canton-de-luz

Source : Société d'Etudes des Sept Vallées - M. Henri LAFFONT

<< Retour

VIE MUNICIPALE

 

VIE QUOTIDIENNE

 

VIE ÉCONOMIQUE

 

HISTOIRE & PATRIMOINE

- L'équipe municipale   - L'Ecole   - Les services   - Histoire & patrimoine
- Les commissions   - Petite enfance   - Les commerces
   
- L'intercommunalité   - Les associations   - Les artisans 
   
- Le bulletin municipal    
   
   
- Comptes-rendus            
- Les budgets            
 

Luz-Saint-Sauveur logo-grand-tourmalet  logo